Le coeur des louves, Stéphane Servant

Résumé

Célia et sa mère Catherine, une ancienne écrivaine à succès en panne d’écriture et à bout de ressources, reviennent vivre dans la maison de la grand-mère. C’est la fin de l’été. Rien n’a changé depuis la mort de la vieille dame il y a des années. Le village est perdu au fond de la vallée, avec ses montagnes couvertes de forêts et son lac Noir. Leur retour ne semble plaire à personne. Certains jeunes sont d’emblée agressifs ou entreprenants à l’égard de la jeune fille, et sa grand-mère, même disparue, traîne encore une réputation sulfureuse. Il n’y a qu’Alice, une fille sauvage vivant à l’écart du village avec son père, qui accueille Célia avec plaisir. Gamines, elles jouaient ensemble, lorsque Célia venait passer des vacances. Très vite, entre elles deux, une relation étrange se noue, comme si Alice voyait en Célia son double. Petit à petit, le lecteur s’enfonce au coeur des secrets de cette petite communauté fermée sur elle-même. Ici, tout le monde se connaît depuis toujours. Amours, haines, malédictions s’enchaînent sur plusieurs générations. Certains croient encore en cette légende de femme louve commandant aux bêtes sauvages… Mais ce sont les hommes qui font la loi et dictent leur violence. Pour découvrir ce qui se cache sous la surface des choses, Célia va devoir se tailler un chemin entre mensonges en superstitions. Devenir louve, pour ne pas être proie.

Mon avis

Après avoir eu un immense coup de coeur pour La langue des bêtes, j’entame donc avec enthousiasme l’autre livre de cet auteur. Mais il n’a pas été pour moi à la hauteur de son autre roman.
J’ai aimé, il n’y a aucun doute ambiguïté là-dedans, mais disons que la première moitié du roman m’a semblé trop longue à mon goût, je n’ai pas assez été dedans immédiatement. Le décor et l’ambiance met un peu trop de temps à se poser, j’ai eu à me plonger dans l’histoire. On découvre le personnage de Célia, et par intermittence celui de sa mère Catherine, mais pour moi Célia est un personnage -au début de l’histoire en tout cas- un peu trop enfantin, elle n’a pas pour moi une très forte personnalité, on a l’impression qu’elle subit tout ce qui lui arrive.
Par contre, j’ai été captivé par la deuxième moitié du roman, tout s’accélère, on est vraiment pris dedans, à partir de là je n’ai pas pu le lâcher. Célia arrête enfin de subir, elle n’est plus le personnage passif qui m’ennuyait au début de l’histoire. On découvre également le personnage de la grand-mère, que j’ai vraiment adoré, elle a vraiment une personnalité attachante, plus attachante que sa petite fille, sans aucun doute.
Le soucis pour moi, c’est que le côté un peu sauvage et animal que l’on s’attendait à trouver n’est vraiment là qu’à la fin, lorsque que l’auteur retourne des années en arrière pour nous parler de la grand-mère. Pour moi, les passages relatant le passé sont vraiment très bien, très rythmée, à l’inverse du présent, un peu trop « mou » (avec de gros guillemet) à mon goût. L’ambiance un peu oppressante, où les hommes tiennent le village sous leur coupe et règnent en maitre au détriment des femmes qui se soumettent, est plus présent dans le passé. On sent la violence et le danger de ces hommes ; à l’inverse dans le présent, on a davantage l’impression qu’une menace plane, mais elle n’est pas très palpable pour moi, on ne sent pas réellement le danger de ces hommes selon moi.
Pour conclure, j’ai aimé, mais pas autant que je l’espérais. Mais je le recommande. Et la fin est pour moi magnifique.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :