Pandémie, L’Effondrement : Alexandre Lang

Résumé

L’Apocalypse a pris forme. Elle se répand sur le monde comme une lame de fond, menaçant l’espèce humaine d’effondrement complet. La France n’échappe pas à la tourmente. Elle doit réagir, trouver l’énergie et les moyens de se battre avant qu’il ne soit trop tard. Au-delà de son avenir, c’est aussi celui de l’Humanité qui se joue.
Un plan est conçu. Les experts survivants, l’armée et les pilotes de Rafale sont mis à contribution. Mais les plans se déroulent rarement comme prévu.
Et l’Homme reste le meilleur ennemi de l’homme.

Mon avis

Alors, après ma déception sur Les Décharnés, je me suis décidée à reprendre un livre de zombie/post apocalyptique, espérant avoir une bonne surprise.
L’histoire est fragmentée en de nombreux récits dans lesquels on suit des personnes (principalement des militaires et médecin) venant des quatre coins du monde qui assistent à l’arrivée d’une nouvelle maladie, baptisé à posteriori Le fléau d’Attila, qui transforme tout le monde en zombie. La vision de l’apparition de la maladie est assez intéressante, on voit les premiers infectés, la vitesse de propagation de la maladie ainsi que l’effondrement de la société telle qu’on la connait. J’ai pris plaisir à voir les conséquences qu’une telle maladie pouvait avoir sur notre société, c’était assez bien décrit. Attention, il y a beaucoup de passages techniques, relatif au monde militaire, qui peuvent être assez rebutant je pense mais qui personnellement ne m’ont pas dérangé.
Après, le soucis que j’ai eu, c’est la multitude de récits ; on passe d’un personnage à un autre tellement rapidement que l’on a pas le temps de voir l’intrigue avancer, et la multiplicité des personnages m’a posé au début quelques problème, étant donné que je n’avais pas le temps de saisir les différences entre les personnes que déjà on passait à un autre. Et c’est ce découpage qui m’a donnée une impression de stagnation et de lenteur, et qui a failli me faire abandonner le livre.
Mais petit à petit on s’y fait, le nombre de personnage qui diminue aidant beaucoup, et j’ai fini par être happé par les 200 dernières pages du livres.
Le problème, c’est qu’il fait plus de 600 pages, et que si j’ai aimé le début et la fin, les quelques 300pages du milieu m’ont laissé un peu dubitative. Du coup je suis perplexe, je ne sais pas si j’ai aimé ce livre ou pas, ou encore si je n’étais peut-être pas assez concentré dans le récit pour l’apprécier à sa juste valeur. Quand à savoir si l’achèterai la suite… Aucune idée

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :