Demain les chats, Bernard Werber

Résumé

A Montmartre vivent deux chats extraordinaires. Bastet, la narratrice qui souhaite mieux communiquer et comprendre les humains. Pythagore, chat de laboratoire qui a au sommet de son crâne une prise USB qui lui permet de se brancher sur Internet. Les deux chats vont se rencontrer, se comprendre s’aimer alors qu’autour d’eux le monde des humains ne cesse de se compliquer. A la violence des hommes Bastet veut opposer la spiritualité des chats. Mais pour Pythagore il est peut être déjà trop tard et les chats doivent se préparer à prendre la relève de la civilisation humaine.

Mon avis

Mon premier Werber ! Il avait de quoi m’attirer, avec sa couverture en forme de chat (oui, je sais, c’est futile comme raison). Du coup, je l’ai pris à mon travail, dans mon optique de mieux conseiller mes usagers, histoire de découvrir cet auteur.
J’ai beaucoup aimé la narration du livre, où se retrouve non pas du côté de la maitresse de Bastet mais du coté de Bastet elle-même ! Bastet, chatte un peu étrange qui rêve de communiquer avec sa servante (ou sa maitresse, tout est question de point de vue) ou avec d’autre animaux que les félins. On découvre son quotidien un peu banal, jusqu’au jour où débarque Pythagore, un chat avec une clé USB dans le crâne qui lui permet d’être connecté à internet à n’importe quel moment. Bon, je l’avoue, ça à l’air complètement dingue vu comme ça, et le côté farfelu de la chose ne s’arrange pas au fur et à mesure de l’histoire, vu que Pythagore va devenir carrément un hacker professionnel vu qu’il peut avoir accès aux caméras de surveillance (et passons sur des gros détails qui pourraient vous spoiler l’histoire, dommage y avait pourtant pleins de trucs bizarres). Mais au final on finit par ne plus voir ces petites incohérences, car le fond de l’histoire n’est pas là.
Il va s’en dire que comme il a accès à internet, ce chat est très intelligent et connait toute l’histoire des chats par cœur (si ça se trouve, il a regardé une page wikipédia pleines de fautes, dixit l’épisode de la pomme de Newton, où la pomme est remplacé par un chat…), histoire qu’il raconte à Bastet, qui est fasciné comme le lecteur qui lit ces histoires captivantes, où l’histoire de l’homme se mêle à celle des chats. Puis de temps en temps dans le récit surviennent des réflexion de Pythagore, et plus tard de Bastet, vis-à-vis de ce qui se passe dans notre actualité, les attentats, l’incitation à la haine etc. Et je dois avouer que ces réflexions, disséminées un peu partout dans le récit, m’ont paru très juste et pleines de bon sens dans le contexte actuel, et me semble être le cœur du roman. L’auteur partage avec nous un point de vue pertinent – sur un fond de guerre entre plusieurs espèces – qui fait réfléchir sur notre monde actuel. C’était à mon avis le but de cette œuvre (car il faut bien se l’avouer, les allusions au climat actuel de violence se sont pas très bien dissimulés, mais ce n’était visiblement pas le but).
Pour moi, ce livre ne raconte pas l’histoire de deux chats qui tentent de vivre dans Paris malgré certains évènements ; il s’agit davantage d’une réflexion sur l’Homme lui-même, sur la manière dont il se détruit lui-même et sur la spirale de haine et de violence qui est en train de naître à notre époque. Et cela fait réfléchir.
Très bonne lecture

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :